La Halha

by Boisson Divine

supported by
ToxMustDie
ToxMustDie thumbnail
ToxMustDie Avantasia meets traditional instrument from gascony. Good mood provider ! Not important but the bonus tracks are in 24bits while other only 16bits,it s a bit weird but my ears or headphone arent good enough to feel any differences Favorite track: La Sicolana.
heavycaneg
heavycaneg thumbnail
heavycaneg Just when I thought these wonderful human beings wouldn't be able to surpass the peak that Volentat was, here they come with a masterpiece! Simply awesome from the first to the last minute! Favorite track: Milharis.
Stéphane Gallay
Stéphane Gallay thumbnail
Stéphane Gallay Globalement, Boisson Divine nous propose un opus très convaincant, voire enthousiasmant. Amateurs de folk-metal, n’hésitez pas à consacrer une écoute à La Halha, il est très cool. (Chroniqué sur alias.erdorin.org) Favorite track: Milharis.
sonadenn
sonadenn thumbnail
sonadenn Bretonne que je suis, je ne comprends rien au Gascon, mais votre album est un régal! Un très grand bravo et continuez sur cette voie! Sylvie. Favorite track: La Sicolana.
Carl
Carl thumbnail
Carl As a swede, I was tempted to set Rei de Suèda as favourite just for the hell of it. But as good a track as that one is, Xivalièr de Sentralha sits steadily on the top of this mountain of awesomeness. Keep up the good work. Favorite track: Xivalièr de Sentralha.
more...
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €9.99 EUR  or more

     

  • T-Shirt/Apparel

    Available only May 27, 2020
    ships out within 3 days

      €15 EUR or more 

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Physical album, booklet 12 pages, crystal case.

    Includes unlimited streaming of La Halha via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €15 EUR or more 

     

  • Full Digital Discography

    Get all 3 boisson divine releases available on Bandcamp and save 10%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of La Halha, Volentat, and Enradigats. , and , .

    Purchasable with gift card

      €26.97 EUR or more (10% OFF)

     

1.
(GSC) Qu’èm tots desvelhats Tan los vielhs com los gojats Lo huec alucat Uei qu’ei un dia sacrat Vesins, amics son arribats Dab cauçèras e tanat Adiu quin va, prest tau gran combat ? Lo rei de la bòrda Que borneja au hanguèr Mes penut a la còrda Ne harà pas mei lo fièr Priam qu’a sortit lo camau Los cotèths son agusats Sonque un còp, la sang cola clar E dens la meit Vira, vira lo praube escaudat E dens la meit Grata dinc a sia cap pelat E si ei plan hèit Que’ns poderam tots mirar deguens Hè-t-i a contrasens Au cap de l’an quan hè frisquet Braves amics, non siam pas busòcs Au cap de l’an quan hè frisquet Braves amics, qu’ei lo temps deu pèla-pòrc Negre de Bigòrra Lo ton nom sia laudat De tard o de d'òra Que seràs sanctificat Non vueitem pas tots los flacons Juste abans la salason Senon prengueram còps de baston Deu pairbon… Dab las duas cueixas, haram lo jambon Un xic de gras, tau saucisson Sang e budèths, entà har lo trip E dab lo cap, haram lo patè (FR) Nous sommes tous réveillés Les vieux comme les jeunes Le feu allumé Aujourd’hui est un jour sacré Voisins, amis sont arrivés Avec des crêpes et du tannat Salut, ça va, prêts pour le grand combat ? Le roi de la ferme Patauge dans le bourbier Mais pendu à la corde Il fera moins le fier Priam a sorti le jambier Les couteaux sont aiguisés Juste un coup, le sang coule clair Et dans la maie Tourne, tourne le pauvre échaudé Et dans la maie Gratte jusqu’à ce qu’il soit chauve Et si c’est bien fait On pourra tous se regarder dedans Mets-t-y à contre-sens A la fin de l’année, quand il fait frais Braves amis, ne perdons pas notre temps A la fin de l’année, quand il fait frais Braves amis, c’est le temps du tue-cochon Noir de Bigorre Ton nom soit loué Tôt ou tard Tu seras sanctifié Ne vidons pas tous les flacons Juste avant la salaison Sinon nous prendrons des coups de bâton Du grand-père… Avec les deux cuisses, on fera le jambon Un peu de gras, pour le saucisson Sang et boyaux, pour faire le boudin Et avec la tête, on fera le pâté (EN) We are all awake The old and the young The fire lit Today is a sacred day Neighbours, friends have arrived With crepes and wine Hi, how are you, ready for the big fight? The king of the farms Squelching in the mud But hung by the rope He will be less cocky Priam has got out the hook The knives are sharpened With just one stroke, blood will run clear In the chest Turns and turns the poor scalded one In the chest Scraping until it is bald And if it is done well We could all look at our reflection in it Do it yourself, against the grain. At the end of the year, when it is cold Brave friends, let’s not lose our time At the end of the year, when it is cold Brave friends, it is pig-killing time We are all awake The old and the young The fire lit Today is a sacred day Neighbours, friends have arrived With crepes and wine Hi, how are you, ready for the big fight? The king of the farms Squelching in the mud But hung by the rope He will be less cocky Priam has got out the hook The knives are sharpened With just one stroke, blood will run clear In the chest Turns and turns the poor scalded one In the chest Scraping until it is bald And if it is done well We could all look at our reflection in it Do it yourself, against the grain. At the end of the year, when it is cold Brave friends, let’s not lose our time At the end of the year, when it is cold Brave friends, it is pig-killing time
2.
(GSC) Iluro, Aquis Tarbellicis, Atura Boios, Cossio, Lactora Benearnum Elusa, Conseranorum Turba, Elimberri, Lugdunum Convenarum Nau pòbles e dotze ciutats Enter Garona e Pirenèus, enradigats Aquitania o Vasconia, t'an sovent aperat Granhèr gallés, sovent cobejat Mes de tostemps redobtat Jo que't saludi tèrra mia, la Novempopulania Estacat per la vita etèrna A maugrat de la sobèrna Tu que t'as sabut guardar mia, la Novempopulania Nada pausa entà la felonia Que t'empari, tu Novempopulania Francs, Romans e Gòths Qu'an ensajat, pegòts Mes qu'an trobat lo repaus Qu'avem trencat las termièras artificiaus Aquò rai, d'aqueth rambalh Dens lo silenci qu'espiam l'arredalh Noste país qu'ei de la noste amna lo miralh Jo que't saludi tèrra mia, la Novempopulania Per la sang a jamei ligat Deus torments desliurat Que's prèsta a't virar qui que sia, la Novempopulania Nada pausa entà la covardisa Que t'empari, tu Novempopulania (FR) Iluro, Aquis Tarbellicis, Atura Boios, Cossio, Lactora Benearnum Elusa, Conserannorum Turba, Elimberri, Lugdunum Convenarum Neuf peuples et douze cités Entre Garonne et Pyrénées, enracinés Aquitaine ou Vasconie, on t'a souvent nommé Grenier gaulois, souvent convoité Mais de tout temps redouté Je te salue ma terre, la Novempopulanie Éternellement attaché Malgré la forte houle Tu as su rester mienne, la Novempopulanie Pas de temps pour la félonie Je te protège, toi Novempopulanie Francs, Romains et Goths Ont essayé, pauvres fous Mais ils ont trouvé le repos Nous avons brisé les frontières artificielles Peu importe ce vacarme Dans le silence nous voyons le regain Notre pays est le reflet de notre âme Je te salue ma terre, la Novempopulanie Par le sang, à jamais lié Des sévices, délivré Prête à repousser n'importe qui, la Novempopulanie Pas de temps pour la couardise Je te protège, toi Novempopulanie (EN) Iluro, Aquis, Tarbellis, Atura Boios, Cossio, Lactora Benearnum Elua, Conserannorum, Turba, Elimberri, Lugdunum, Convenarum Nine peoples, twelve cities Between the Garonne and the Pyrenees were rooted. Aquitaine or Vasconie you were often called The attic of the Gaules, so often desired But always feared I great you, my homeland Novempopulanie Forever attached, even faced with the swell You always remained true Novempopulanie No time for misdeeds I will always protect you Novempopulanie Francs, Romans and Goths They tried, crazy fools Now they have found their peace We have smashed their artificial boundaries Regardless of this din, In silence we see its rebirth Our country mirrors our soul I great you, my homeland Novempopulanie By blood, forever tied Liberated from torture Ready to push back any threat, Novempopulanie No time for cowardice I will always protect you Novempopulanie
3.
(GSC) Dens lo pòrt de Bordèu Vira lo rondèu, sus aqueth batèu Serèi ric benlèu Se la mar n'ei pas lo men borrèu Qu'èi deixat lo vilatge Lo temps de mainatge, sus aqueth ribatge Aurèi lo coratge Se ns’an prometut un miratge ? Adiu! Bona mair deu bon diu Guida'm dens lo renaviu En lòc agradiu Suu camin estelat Jo que m'anirèi cercar Lo dret d'arrecomençar Miar gran trin o bandolejar Suu camin estelat Non mancarèi lo parat E qu'ajudarèi lo hat Lhèu que caderèi, arreberat Suu camin estelat Pergut en plea mar Que'm demandi s'i arriberam augan Pro de saunejar Ara que volem tèrra tocar L'aulor de l'eslorada Que s'ei mesclada a la holejada Espia mainada, Au luenh que vedem la costalada Adiu! Ne sias pas tan crentiu Deixa la paur dens lo briu Aci seràs viu (FR) Dans le port de Bordeaux Sonne le rondeau, sur ce bateau Je serai riche bientôt Si la mer n'est pas mon bourreau J'ai laissé le village Et l'enfance sur ce rivage Aurais-je le courage S'ils nous ont promis un mirage ? Adieu! Bonne mère du bon dieu Guide-moi dans le renouveau En un lieu agréable Sur le chemin étoilé Je m'en irai chercher Le droit de recommencer Mener grande vie ou être bandit Sur le chemin étoilé Je ne manquerai pas ma chance J'aiderai le destin Peut-être tomberai-je, à bout de forces Sur le chemin étoilé Perdu à marée haute Je me demande si nous arriverons cette année Assez de rêver Maintenant nous voulons toucher terre L'odeur de la floraison S'est mêlée à la folie de jeunesse Regarde petite Au loin on voit les coteaux Salut! Ne sois pas si craintif Laisse la peur dans le courant Ici tu seras vivant (EN) At Bordeaux’s port The rondeau can be heard on the boat I will be rich soon If the sea is not my reaper I have left the village And childhood on the bank Will I have the courage If what they have promised us is a mirage? Farewell! Holy Mother of God Guided by the wind of change To a welcoming shore On the starlit path I will seek out The right to start again Live it up, or become a bandit On the starlit path I won’t miss my chance I will force destiny's hand Perhaps I will fall, completely exhausted On the starlit path Lost at high tide I wonder whether we will get there this year Enough dreaming Now we want to set down on dry land The smell of blossoms Have mixed with the madness of youth Look my dear Far away you can see the cliffs Good day! Don’t be so worrisome Leave your fear with the current Here you will live
4.
(GSC) Gentilhòmi de Gasconha Enemic de la caronha Cap a l’imondicia Impausavas la justícia Contra totas las armadas Podra, punhau, a honhadas Companhon fidèu Au ton reiaume e au cèu A huec e sang qu’as deixat la ciutadèla Entà deféner ta puncèla Xens paur ni cranhença Dab clarvedença e grana sapiença Un valent de la renaixença Nada patz, nat trespàs Brutla dens ton còr, la halha Nada patz, nat trespàs Tau xivalièr de Sentralha Hilhòt de la nobletat Amna d’aur, hami de combat Tostemps de com cau Escudèr o marescau Vassalhatge armanhaqués Non traïdaràs pas jamés Totun escanaire Tu qu'èras non i a pas guaire Ailàs la mòrt que se n’ empòrta l’aunèste Hens ua cavaucada funèsta En punt d’amira Tau com la Hira, n’ès pas cadut de tira Suu ton clòt lo leon sospira (FR) Gentilhomme de Gascogne Ennemi de la charogne Face à l’immondice Tu imposais la justice Contre toutes les armées Poudre, poignard, à grands coups Compagnon fidèle A ton royaume et au ciel A feu et à sang tu as laissé la citadelle Pour défendre ta pucelle Sans peur ni crainte Avec clairvoyance et grande sagesse Un vaillant de la renaissance Pas de paix, pas de trépas Brûle dans ton cœur, la flamme Pas de paix, pas de trépas Pour le chevalier de Xaintrailles Fils de la noblesse Âme d’or, faim de combat Toujours comme il le faut Écuyer ou maréchal Allégeance armagnacaise Tu ne trahiras jamais Pourtant, écorcheur Tu étais il n'y a pas si longtemps Hélas, la mort emporte l’honnête Dans une chevauchée funeste En ligne de mire Comme la Hire, tu n’es pas tombé de suite Sur ta tombe le lion soupire (EN) Nobleman of Gascony Slayer of scum Facing the filth You brought forth justice Against all those armies With powder, blade and fist Our faithful companion Of the kingdom here and in the heavens. You ravaged fortresses, burnt to the ground To rescue your precious Maid Unwavering, without fear With wisdom and foresight Hero of the new era No peace, no rest The flame burns brightly in your heart No peace, no rest For the knight of Sentralha Noble by birth Golden soul, Always bloodthirsty From squire to marshal Alegance to Armagnac You will never betray With the Skinners You plundered before Alas, death takes the honest ones In a last calvary change Caught in their sights Just like La Hire, you didn't fall straight away On your tomb the lion sighs
5.
(GSC/SWE) Vadut modestament, partit gloriosament Suu brèç, beròjas hadas que's son clinadas Drom pasible mainat, hè sauneis estelats Xebiteja sus un camin daurat : reiautat Engatjat capdèth volentari Tan joen entà estar militari Au miei de tots aqueths mercenaris Cada dia un navèth adversari Plen de coratge e de valors Non cau pas desaunorar la maison L’esperit guerrièr e un drin tinhós Plan sovent que saunegi de grandor Fasta på nåd med en hederns sätt När krigsfångar mina behandlats rätt Så upphöjdes Bernadotte vitt och brett Till nordliga skogar från Preussens slätt Fronterna vittnen om segertåg Och kejsaren gillade vad han såg I fjärran ett skimmer av framgång låg En kröningafärd på fortunas våg Ua destinada suberdaurada Jamei n’aurí pensat que pugerí suu tròne Ua destinada tota estelada Hè morganhar los envejós de l’exagòne Segueish ton camin, çò qui t’atend : la glòria Valorós, on n’i a que duas sasons Los combats gravan ton nom per l’eternitat Sobiran, de tu que se’n brembarà En cap los sovièrs deus tons davancèrs Rei de Suèda, la lutz qu'arraja, suu teit deu monde Ett öde gyllene för mig står Aldrig att jag skulle bestiga någon tron Folkets kärlek min belöning där går De avundsjuka i mitt hemland tager toner Följ nu vägen, minns vad väntar dig, din seger Ärofyllt där vinterns årstid är lång Kamperna ristat ditt namn i evigheten Ledare i krönikor och i sång En reformator för en fredens tid Du Sveriges Kung, låt tända fyrbåken från taket av världen Dens lo castèth, nat brut anueit Jo tot solet, que senti lo vueit Soviers virolejants, brembas de la vita d’abans Vivants, aus grans dius vivants ! Deixar l’imatge, deixar lo messatge Enten mainatge qu’ei mon darrèr viatge Un reiaume sancèr De çò qui vos dèixi darrèr, soi fièr Mes uei soi passatgèr, De la mort passatgèr (FR) Né modestement, parti glorieusement Sur le berceau de jolies fées se sont penchées Dors paisiblement petit, fais des rêves étoilés Murmure sur un chemin doré : royauté Engagé cadet volontaire Si jeune pour être militaire Au milieu de tous ces mercenaires Chaque jour un nouvel adversaire Plein de courage et de valeurs Il ne faut pas déshonorer la maison L’esprit guerrier et un peu teigneux Bien souvent je rêve de grandeur Avec de l’honorable pitié Envers mes prisonniers de guerre bien traités Le nom de Bernadotte s’est propagé Des forets du nord aux champs Prussiens Les hommes victorieux des champs de bataille marchent Et l’empereur s’en réjouit Au loin, le succès semble scintiller La fortune appelle mon couronnement Une destinée dorée Jamais je n’aurais pensé monter sur le trône Une destinée toute étoilée Fais rager les envieux de l’hexagone Suis ton chemin, ce qui t’attend : la gloire Valeureux, où il n’y a que deux saisons Les combats gravent ton nom pour l’éternité Souverain, de toi l’on se souviendra En tête, les souvenirs de tes ancêtres Roi de Suède, la lumière rayonne sur le toit du monde Une destinée dorée me tend les bras Je n’aurais jamais pensé accéder au trône L’amour du peuple est ma récompense Malgré les jalousies dans mon pays natal Suis ta voie, souviens toi de ce qui t’attend : la gloire Honorable, là où l’hiver dure longtemps Les batailles ont gravé ton nom dans l’éternité Les récits et les chants t’encensent Un pionnier agissant pour la paix Toi, roi de Suède, allume la flamme depuis le toit du monde Dans le château, pas de bruit cette nuit Moi, seul, je sens le vide Souvenirs tournoyants, mémoires de la vie d’avant Vivants, aux grands dieux vivants ! Laisser l’image, laisser le message Entends petit, c’est mon dernier voyage Un royaume entier, De ce que je vous laisse derrière, je suis fier Mais aujourd’hui je suis passager De la mort, passager (EN) Born modestly, departed gloriously Pretty fairies perched on the cradle Sleep peacefully little one, dream of the stars Whispered on a golden path : royalty As a youth voluntarily enlisted So young to be in the army Amongst all these mercenaries Each day a new enemy Full of courage and values Don’t dishonour the lineage The warrior spirit, a badass Quite often I dream of greatness With righteous pity I treated my war prisoners well The name of Bernadotte spread From the northern forest to the fields of Prussia From the battlefields the victorious men are walking For the emperor's delight From afar a gleam of success shimmers Fortune calls for my crowning A golden destiny Never, would I have thought to sit on the throne A star studded destiny Makes the jealous men angry in France Follow your path, glory awaits you Valiant, where there are only two seasons Combat makes your name eternal Sovereign, we will remember you Foremost, the memories of your ancestors King of Sweden, the sun shines on the roof of the world A golden destiny awaits me with open arms Never would I have thought to ascend the throne The love of the people is my reward Despite the jealousy of my homeland Follow your path, remember glory is waiting for you Honourable, there where winter lasts a long time The battles made your name eternal Tales and songs praise you A pioneer acting for peace You, king of Sweden, light the flame from the roof of the world In the castle, no sound tonight Me, alone, I feel the emptiness Memories spinning, memories of a lifetime ago Living, of the big living gods Leave the picture, leave the message Listen, young one, it is my last trip A whole kingdom I am proud of what I leave behind to you But today I am a passenger, Of death, I am the passenger
6.
06:33
(GSC) Vedetz la sicolana Quan s’ei virat de costat La lutz que l’a truversat Enter los òs e la pèth Autan de carn Qu’un ausèth Vedetz la sicolana Quan eth partí tau quilhèr Lo vent balaguèr bohè Los malhets son demorats Mes eth qu’estó emportat Vedetz la sicolana Sicolana ! Tau hanguèr se n’anè Mala sòrta, la plojassa cadè Drin tròp tard, de s’escapar que pensè Mes pro lèu, que’u creix raditz au pè Ohohoh Diu quina misèria Deu brèç au cemitèri Vedetz la sicolana De tant qu’ei garrut S’estuja dens la brana Vedetz la sicolana Diu qu’ei mau foutut Com un camin de lana E quan minja que s’escana La sicolana ! Sicolana ! Tau cassorar se n’anè Mala sòrta que peirabatè Se las huelhas n’an pas tremolat Lo praube òmi qu’estó tot traucat Ohohoh Diu quin batahòri Deu brèç au purgatòri (FR) Voyez la sicoulane* Quand il s’est mis de côté La lumière l’a traversé Entre les os et la peau Autant de viande qu’un oiseau Voyez la sicoulane Quand il partit au terrain de quilles Le vent du sud soufflait Les maillets sont restés Mais lui, fut emporté Voyez la sicoulane Sicoulane ! Dans le bourbier s’en allait Pas de chance, il pleuvait des cordes Un peu trop tard, il pensa à s’échapper Et lui poussèrent aux pieds, des racines Ohohoh, Dieu quelle misère Du berceau au cimetière Voyez la Sicoulane Il est tellement gaillard Qu’il se cache dans la bruyère Voyez la Sicoulane Dieu qu’il est mal foutu Comme un chemin de lande Et quand il mange il s’étouffe La Sicoulane ! Sicoulane ! A la chênaie partait Pas de chance, il grêlait Si les feuilles n’ont pas tremblé Le pauvre homme fut tout troué Ohohoh, Dieu quel beau bordel Du berceau au purgatoire *La Sicoulane est un petit lézard gris, ici c'est un surnom pour désigner une personne vraiment très maigre (EN) See the lizard* When he is standing sideways The light goes straight through him All skin and bones As much meat as a bird Look at the lizard When he was on the skittles court The south wind blew The mallets still stood firm But he was blown away See the lizard Lizard! Disappeared to the bog No luck, it’s raining cats and dogs He thinks of escaping, a little too late At his feet grow roots Ohohoh, God what a misery From the cradle to the grave See the lizard He is so strapping That he can hide in the heather See the lizard God, he is such a freak Like a wasted road through moor When he eats he chokes The lizard! Lizard! Left for the oak grove No luck it was hailing Not even the leaves trembled But he the poor man was full of holes! Ohohoh, God what a mess From the cradle to purgatory *The lizard (la sicolana) is used as a nickname for very skinny people
7.
05:44
(GSC) Las nèus que’s son apieladas Sus las terraubas peladas Un predator dab l’alet torrat Rondaleja encarat Qu’ei vengut entà’ns gahar Mes qu’avem pro de qué har Passar l’ivèrn qui a mestrejat L'escur tot embrumat Aquiu comença la longa nueit Qu’èm a l’argüèit Ganhar o pèrder lo combat Clavats, dab los hrairs Nosauts qu'atendem los arrrais On s'ei l’astre blós esgarrat ? Lo qui avem tant esperat Abelion, Abelion, qu’èi besonh de ta claror Halhas vermelh tà guardar noste desvelh Abelion, Abelion, hè’ns renaixer hens l'esplendor Gavida’ns à l’esguit deu só, t’ac pregam, Abelion La busca qu’ei au brasèr Dab era se torna l’espèr Las hlamas que’ns dan lo verdigòu Au bèth miei de l’aròu Aquiu s’acaba la longa nueit Tirem un trèit Anem ! Tornem gahar lo hat Un navèth arsec, com un eslambrec D’un còp sec ! Un huec Enlugarnant lo blat Aprigat d’un rebat daurat (FR) Les neiges se sont amassées Sur les terres calcaires dénudées Un prédateur au souffle glacé Rôde, déterminé Il est venu pour nous prendre Mais nous avons trop à faire Passer l’hiver qui s’est fait maître De l’obscurité, toute embrumée Ici commence la longue nuit Nous sommes sur nos gardes Gagner ou perdre le combat Silencieux, avec les frères Nous attendons les rayons Où s'est égaré l'astre pur? Celui que nous avons tant attendu Abelion, Abelion, j’ai besoin de ta clarté Brûle vermeil pour préserver notre éveil Abelion, Abelion, fais nous renaître dans la splendeur Guide-nous, au lever du soleil, nous t'en prions, Abelion La bûche est dans le brasier Avec elle, revient l’espoir Les flammes nous donnent le vertige Au beau milieu du cercle Ici s’achève la longue nuit Tirons un trait Allons ! Reprenons notre destin Un nouvel élan, comme un éclair Tout d’un coup ! Un feu Illuminant le blé Couvert d’un reflet doré (EN) The snow has gathered On the naked limestone plains A predator with an iced breath Formidable, determined He has come to take us away But we have too much to be getting on with Making it through winter, the master Of obscurity, shrouded in mist Here starts the long night We are on our guard Win or lose the fight Silently, with our brothers We wait for the beams Where has the celestial monarch been hiding? That which we have been so waiting for Abelion, Abelion, I need your brightness Beam your silver light to keep us awake Abelion Abelion, rebirthed in splendour Guide us, at dawn, we beg you Abelion. The log burns in the raging fire With it, hope returns, The flames make us dizzy In the middle of the circle Here, ends the long night Draw a line under it, Come now! Let’s take our destiny back in hand A new momentum, like a thunderbolt In a flash ! A fire Lighting up the wheat Covered in a golden hue
8.
(GSC) A maugrat deu temps que’m harà plegar A maugrat deu briu que m’emportarà Tostemps, arriu capsús jo que nadarèi Desempresoat, clavat pas jamèi Escarrabelhat, un ser que’t cuelherèi A boca de nueit, xebitejarèi N’èi pas pro de temps tà’t condar çò que sèi Escota mainat, dinc au cap qu’anirèi Un darrèr còp, qu’aimarèi Aver lo cap enlòc mei Un darrèr còp, qu’aimarèi Xiular dens l’aurei A maugrat deus òmis qui an desbrembat A maugrat deus mèstres qui an empachat Tostemps parlarèi, tostemps que viverèi Sus l’escanacòth que caminarèi Escarrabelhat, un dia que’t cuelherèi A punta d’aubeta que’t diserèi Qu’as hèra de temps tà condar çò que saps Escota mainat, cau anar dinc au cap (FR) Malgré le temps qui me fera plier Malgré le courant qui m’emportera Toujours, je nagerais à contre-courant Libéré, jamais enfermé Tout sourire, un soir je viendrai te chercher A la tombée de la nuit, je murmurerai Je n’ai pas trop de temps pour te conter ce que je sais Écoute petit, j’irai jusqu’au bout Une dernière fois, j’aimerai Avoir la tête ailleurs Une dernière fois, j’aimerai Siffler dans la brise Malgré les hommes qui ont oublié Malgré les maîtres qui ont empêché Toujours je parlerai, toujours je vivrai Sur le chemin tortueux, je cheminerai Tout sourire, un jour je viendrai te chercher A pointe d’aube je te dirai Tu as beaucoup de temps pour conter ce que tu sais Écoute petit, il faut aller jusqu’au bout (EN) Even if time will break me Even if the current will sweep me away I will always swim against the tide, free, never imprisoned Smiling, one evening I will come for you At nightfall I will whisper I don't have much time to tell you my tale Listen little one, I will not give up One last time I would like to daydream One last time I would love to whistle in the wind Regardless of the people who have forgotten Regardless of the masters who have blocked you I will always speak up I will always live on the winding path and i will not stop walking it Smiling, one day I will come for you At dusk I will tell you You have much time to tell your tale Listen little one, you must not give up.
9.
03:31
(GSC) Tan d’annadas xens clucar los uelhs Tan de temps xens parlar dab los vielhs Mut mes acostumat au brut Sus l’atahuc ton nom qu’ei escrivut Mes un dia tu que comprengueràs Cercaràs la libertat Mes un dia tu que t’escaperàs Trobaràs la libertat Viste, viste, tostemps a l’argüèit Viste triste, vente plen cap vueit Vinçut mes totun convinçut D’estar on cau suu sendèr torçut (FR) Tant d’années sans cligner des yeux Tant de temps sans parler avec les vieux Silencieux mais habitué au bruit Sur le cercueil ton nom est écrit Mais un jour tu comprendras Tu chercheras la liberté Mais un jour tu t’échapperas Tu trouveras la liberté Vite, vite, toujours à l’affût Vite triste, ventre plein tête vide Vaincu mais toujours convaincu D’être où il te faut, sur le sentier tortueux (EN) So many years without blinking So much time without talking to the elders Silent, yet used to noise Your name is written on the coffin But one day you will understand You will seek your freedom But one day you will escape And you will find your freedom Quickly quickly, lying in wait Quickly sad, full stomach, empty head Defeated but steadfastly convinced To be where you are needed, on the tortured path
10.
10:03
(GSC) Au ras deu mont d'Arizas De temps immemoriau, vivèva un pastor quasi millenari Tot plen de sabentisa Trantalhejar que non podèva, Milharís lo purmèr òmi A la crotzada deus ueit vents Guardian de tot secret Deu monde pastorau En acòrd dab los elements Senhoreja solet Au somiu d'un país ancestrau Devath l'espiada d'Abellion Que hès marchar lo tropèth e los petitons Eths que't segueixen dens lo son De las esqueretas, tu qu'ès l'emparador Milharís, pastor en las hautanhas Enclareix lo noste camin Milharís, pastor en las hautanhas Gavida’nse on l'èrba ei verda, que's viraram la hami Un dia lo cèu s'embrumè, son hilh ainat que'u digó «Pair, lo sòu que s'amanta de sau» Sedut on l'ador vadè, lo vielh aulhèr que comprenguó «Hilh, la nèu que'm harà mortau Grans cristaus de glaç mortuari Doman que partirèi Noste monde caderà Perseguitz totun lo camin Que suberviverèi Dens lo cap deus òmis de doman» Au miei de l'aubeta nacrada Lo son pòble passegè tà un aute contrada Cara a la montanha sacrada Que pausèn lo praube pair, tà har la velhada Milharís, pastor en las hautanhas Ara, mirandejas los astres Milharís, pastor en las hautanhas A maugrat de la deixudada, contemplam lo malastre En devath d'aqueth blanc linçòu A la crotz de Belion, que plora noste dòu Lagremas riulant dens la tèrra Caudas e claras nègan Banhèras Lo qui uei n'ei pas mei brembat, qui mei non da uelhada Que's merita la pujada E quan avetz lo mau dessús, pensatz a la joentut Qu'acitau, un diu que s'a pergut Aqueth calhavet de la vath Jo que l'èi pausat a tèrra, on t'an hicat L'estiu, tu non l'as pas condat Qu'as emportat lo secret tà l'eternitat Milharís, pastor en las hautanhas Despuix la toa mort escura Milharís, pastor en las hautanhas Sajam d'escríver noste avénguer e guarir la nafradura (FR) Près du mont d'Arizes Il y a fort longtemps, vivait un pâtre quasi millénaire Plein de sagesse Il ne pouvait vaciller, Milharis le premier homme A la croisée des huit vents Gardien de tout secret Du monde pastoral En accord avec les éléments Il règne seul Au sommet d'un pays ancestral Sous le regard d'Abelion Tu fais marcher le troupeau et les enfants Ils te suivent dans le son Des cloches, tu es le protecteur Milharis, berger des hautes cimes Éclaire notre chemin Milharis, berger des hautes cimes Guide nous où l'herbe est toujours verte, où nous n'aurons plus faim Un jour le ciel s'assombrit, son fils aîné lui dit «Père, le sol se couvre de sel» Assis où l'Adour naissait, le vieux berger comprit «Fils, la neige me rendra mortel Grands cristaux de glace mortuaire Demain je partirai Notre monde tombera Continuez quand même le chemin Je survivrai Dans l'esprit des hommes de demain» Au milieu de l'aube nacrée Son peuple cheminait vers une autre contrée Face à la montagne sacrée Ils déposèrent le pauvre père, pour faire la veillée Milharis, berger des hautes cimes Maintenant tu regardes les astres Milharis, berger des hautes cimes Malgré notre éveil nous contemplons le désastre Sous ce blanc linceul A la croix de Béliou, il pleure notre deuil Larmes ruisselant dans la terre Chaudes et claires, noyant Bagnères Celui dont on ne se souvient plus, qui ne nous regarde plus Mérite l'ascension E quand vous avez le mal en vous, pensez à la jeunesse Qu'ici même un Dieu a perdu Ce petit caillou de la vallée Je l'ai posé à terre, où ils t'ont mis L'été, tu ne l'as pas conté Tu as emporté le secret pour l’éternité Milharis, berger des hautes cimes Depuis ta mort obscure Milharis, berger des hautes cimes Nous essayons d'écrire notre avenir et de guérir la blessure (EN) Near the mountain of Arizes A very long time ago lived a shepherd, almost a thousand years old Full of wisdom He was steadfast, Milharis the first man Where the eight winds crossed The keeper of all secrets Of the pastoral world In accordance with the elements He rules alone At the top of the ancestral land Under the watch of Abelion You lead the herd and the children They follow you with their bells ringing You are the protector Milharis, shepherd of the high peaks Light our way Milharis, shepherd of the high peaks Lead us where the grass is always green, where we will never go hungry One day the sky darkened, his eldest son told him “father the ground is being covered with salt” Sat where the Adour is born, the old shepherd understood “son, the snow will make me mortal Big cristals of deathly ice Tomorrow I will leave Our world will fall Even so, continue on the same path I will follow In the souls of tomorrow’s men” In the middle of the pearly white dawn His people travelled to another land Facing the sacred mountain, They laid their poor father for the wake Milharis, shepherd of the high peaks Now you look at the stars Milharis, shepherd of the high peaks Even awake, we gaze at the disaster Under the white shroud At Beliou’s cross he weeps for our mourning Tears streaming along the ground Warm and clear, drowning Bagnères The one we no longer remember, who no longer looks upon us Deserves ascension And when you are feeling really bad, think of the youth That was lost here by a God. This little stone from the valley, I placed on the ground, where they laid you Summer was lost, You took its secret with you, for eternity Milharis, shepherd of the high peaks Since your gloomy death Milharis, shepherd of the high peaks We try to write our future and heal the wound
11.
Lou tard-Biengùt * Ta la nòbi beroye De youlhs debàn l'autà, La nouce toute en yoye Que-s presabe à cantà. Coum si de l'abé biste Nou-s poudè darrigà, Û gouyat pàllẹ e trìstẹ Que l'espiabe à pregà... Au sourtì de l'encénte Au ras dou benitè, Qu'ou balhè l'aygue sénte, Ére que l'esbitè... Que la bi héns la nouce De loégn bire-boulà, Qu'abè l'èr tant urouse Que nou gausè parlà... « Qu'en as hèyt tu maynade Dou co qui m'as panàt? Oèy que-t bèy maridade, Trop tard que souy tournàt! Tu qui per la yoenésse M'abès tan proumetùt Per toustém la tendrésse ! Dìu n'at a pas boulùt... Per la grane estradère Que bau tournà partì Pourtà lou mau sus tèrre Qui nou-s pot amourtì... Més qui pot enterdìsẹ Au co d'està hoeytìu ? Que-t perdouni ta-t dìsẹ : « Sies urouse ! Adìu ! » *Ce texte est écrit en graphie Fébusienne selon la volonté de l'auteur [Traduction Française littéraire et non littérale] Adieu ! Belle était l'épousée, Blanche devant l'autel. La noce toute en joie S'appliquait à chanter. Comme s'il ne pouvait En détacher ses yeux, Un garçon pâle et triste La regardait prier... Au sortir de l'enceinte, Auprès du bénitier, Il lui donna l'eau sainte, Mais elle l'évita... De loin dans cette noce Il la vit voltiger, Elle était si heureuse Qu'il ne lui parla pas... « Qu'as-tu fait jeune fille, Du cœur que tu m'as pris ? Je te retrouve femme, En revenant trop tard ! Toi qui dans ma jeunesse M'avais si bien promis Pour toujours la tendresse ! Dieu ne l'a pas permis... Moi par la grande route Je m'en vais repartir, Portant un mal sur terre Qui ne peut se guérir... Que vaudrait le reproche De m'avoir oublié ? Je te souhaite heureuse En te disant adieu.
12.
Adishatz Lo purmèr dia d’escola , desvelhat tot docament, Esbarrit en aqueth monde, hart de plors e de turmens, E après quauques annadas, cada setmana en pension, Viver drin mei loenh de casa, descobrir d’autes faiçons. Repic : Adishatz, qu’ei a partir ! Tornarei , un beth matin , amic ! Qu’ei açi qui cau fenir, Shens nat brut, shens nat chepic. Vingt ans dejà lo beth atge, sentiment de libertat, Qu’era lo temps de la hèsta, en cantant noste amistat. Las purmèras amoretas, devath lo cèu estelat, En los oelhs d’ue gojata, qui non calè pas deishar.. Repic : Plan ganhar la sua vita, qu’ei sovent loenh deu país, Lo tribalh deus joens adara, que’us a miat dincà Paris. Alavetz tà las vacancas, que vienen passar l’estiu Au còr d’un petit vilatge, airejat per noste arriu. Repic : [Traduction Française] Le premier jour d'école, doucement réveillé, Égaré dans ce monde, rempli de pleurs et de tourment, Et après quelques années, chaque semaine en pension, Vivre plus loin de chez soi, découvrir d'autres manières. Refrain : Au revoir, je dois partir Je reviendrai par un beau matin, l'ami ! C'est ici qu'il nous faut finir, Sans bruit ni tracas. Vingt ans, déjà le bel âge, un sentiment de liberté Ce fut un temps de fête, en chantant notre amitié. Les premiers amours, couverts d'un ciel étoilé Dans les yeux d'une jeune fille qu'il ne fallait pas quitter. Refrain : Gagner nécessite souvent de quitter le pays, Aujourd'hui le travail des jeunes les envoie jusqu'à Paris. Et donc pendant les vacances, ils viennent passer l'été Au cœur d'un petit village arrosé par notre ruisseau. Refrain :
13.
Tau salut de la Patrie* Lou mè casaù qu'èy l'arribère Oun touts lous mès soun adroumits... Au mèy prégoun d'aqueste terre, Qué soun las mies arradits, Qué m'an balhat, au houns de l'àme, Quaucarré qui-m hè saunéya, Qué-m puye au co coum ûe eslame, Qui-m hè crida ta-p desbélha : Tau salut de la Patrie, Qu'èy cridat aus quaté corns, Qu'èy prégat, Bierye Marie Touts lous sants e touts lous horts... Enta-t ha rendé yustici La bite qui m'abès dat, Qué t'en hèy lou sacrifici : Mes qu'ayés la Libertat ! Aquére terre qu'èy la nousté : Na't caleré pas desbroumba... Que cau prouba, per tant qui cousté, Dé qu'èm balens ta la sauba ! Enta s'esta mestés a case, Dous milhoucas e de las bits, Qu'ardé lou hoec per sus la brase S'èm eretès dous atrebits ! *Graphie de l'auteur [Traduction Française] Mon jardin c'est la vallée Où tous les miens sont endormis. Au plus profond de cette terre S'étendent mes racines. Elles m'ont donné au fond de l'âme, Quelque chose qui me fait rêver Et me monte au cœur comme une flamme, Qui me fait crier pour vous réveiller : Pour le salut de la Patrie Vers les quatre coins j'ai crié, J'ai prié, Vierge Marie, Tous les saints et tous les forts ! Pour te faire rendre justice, La vie que tu m'as donné, Je t'en fais le sacrifice, Mais que tu gardes la liberté ! Cette terre est la notre, Il ne faudrait pas l'oublier ! Il faut prouver pour tant qu'il en coûte, Que pour la sauver nous sommes vaillants ! Pour demeurer maître chez soi Du nos maïs et de nos vignes, Que sorte le feu de la braise, Si nous sommes héritiers des héros !
14.
Vive Henri IV Vive ce Roi vaillant ! Ce diable à quatre A le triple talent De boire et de battre, Et d'être un vert-galant. De boire et de battre, Et d'être un vert-galant. Au diable guerres, Rancunes et partis. Comme nos pères, Chantons en vrais amis Au choc des verres, Les roses et les lys ! Au choc des verres, Les roses et les lys ! Chantons l'antienne Qu'on chantera dans mille ans, Que Dieu maintienne En paix ses descendants Jusqu'à ce qu'on prenne, La lune avec les dents. Jusqu'à ce qu'on prenne, La lune avec les dents. Vive la France, Vive le roi Henri ! Qu'à Reims on danse, En disant comme Paris Vive la France, Vive le roi Henri ! Vive la France, Vive le roi Henri ! J'aimons les filles, Et j'aimons le bon vin J'aimons les filles, Et j'aimons le bon vin De nos bons drilles Voilà tout le refrain J'aimons les filles Et j'aimons le bon vin ! Moins de soudrilles Eussent troublé le sein Moins de soudrilles Eussent troublé le sein De nos familles Si l'ligueux plus humain Eût ainsi aimé les filles Eût aimé le bon vin !
15.
Gascougne* Qué bouléri abé per té laùda, Gascougne Coum t’a-t méritérés, mèy de bouts que nou n’èy, Permou qu’estés toustem la terre chens bergougne, Qui déban l’ennémic nou réculè yamèy ! Roland qui disèn hort qué n’a heyt l’expérience, E Lahire en séguin qu’a-t muchè aus Anglés, Mes passats lous coumbats, qu’ès terre de plasence, Dou Bourdalés enla dinqu’aù pic Aussalés ! E you que souy gascoû de sang e de lengadyé, E d’û puplé qui sab, quan caù, arrébendi-s ! Mes lheu qué caléra ta sauba l’érétadyé Coum hasoum autes cops, tourna préné Paris ! Que bouléri sabé, en ta-t saùba Gascougne, Quin caléré yuntam dab d’aùtés atrébits, Ta disé aù tripe-Hart eslégut qui s’entougne Qué n’abém prou d’abé per ministrés, bandits ! Ey dounc pécat de boulé esta mestés a case ? D’abé las noustés leys, d’abé lou nousté ana ? Ta ha puya lou houéc de ségouti la brase ? E qui-n dret abéré Paris d’en sé bourna ? E per esta Gascoû ,you ne caù pas qu’ém cari Permou nou caù décha lous désestrucs gagnan ! E si aù temps de oey nou souy pas Mousquétari, You qu’èy toustem au co l’arsec de d’Artagnan ! Countré lou gran péguè d’û moundé qui-s descougne, O grand puplé Gascoû sies c oum es estat, Toustem a l’en –déban ! E tu bère Gascougne Sies toustem l’aùnou, la fé, la Libertat ! [Traduction Française littéraire et non littérale] Gascogne Je voudrais bien avoir pour te louer, Gascogne -Tu le mériterais,- plus de voix que je n’ai ! Car toi tu fus toujours la terre sans vergogne Qui devant l’ennemi ne recula jamais ! Roland, qu’on disait fort en fit l’expérience, Et Lahire, en donna quelque preuve aux Anglais ! Mais après les combats, bien grande est ta plaisance, Depuis le pic d’Ossau jusqu’au port Bordelais Et moi je suis gascon de sang et de langage, Et d’un peuple qui sait se révolter parfois, Peut-être faudra-t-il pour sauver l’héritage Reconquérir Paris, comme on fit autrefois Je voudrais bien savoir pour te sauver Gascogne Comment joindre tous tes enfants audacieux, Pour dire a nos élus empiffrés sans vergogne, Que c’est assez d’avoir des ministres véreux ! Est-ce péché de garder chez soi la maîtrise ? D’avoir nos lois, et d’en vivre à notre façon ? De ranimer le feu d’une braise indécise ? Rien de Paris ne peut nous faire la leçon Puisque je suis gascon je ne puis pas me taire Le désastreux chez nous ne peut-être gagnant ! Et si on n’en est plus au temps des mousquetaires, J’ai toujours dans mon cœur le feu de d’Artagnan ! Contre une société empestant la charogne, Ô grand peuple Gascon digne d’être cité, Reste ce que tu fus, et toi belle Gascogne, Reste toujours l’honneur, la foi, la liberté. *Graphie de l'auteur

about

Third album of the Gascon Folk Metal band Boisson Divine, this 58 minutes LP is more mature, serious and epic. Staying true to their roots, the band don't hesitate to evolve with new influences finely incorporated : Western movies, Neo-classical, Blues, Power Metal...
This album is a real voyage through the history, the present and the future of Gascony!

credits

released May 27, 2020

license

all rights reserved

tags

about

boisson divine Midi-Pyrénées, France

Boisson Divine is a folk metal band from Gascony (France), an alliance of Gascogne identity and heavy metal. A fusion between tradition and modernity, sung either in French or the regional dialect.
The texts are a reflection of the daily lives of the musicians : rugby, legends, songs to the land, rural solidarity, feasts, traditional songs, preserving heritage and tributes to historical figures.
... more

contact / help

Contact boisson divine

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like La Halha, you may also like: